AGRITOX - Base de données sur les substances actives phytopharmaceutiques

Accueil > Liste des substances / Guide >

CUIVRE DE LA BOUILLIE BORDELAISE

Sommaire de la fiche : Identité , Physico-Chimie , Toxicité , Environnement , Ecotoxicité , Classement et LMR

Dernière mise à jour de la fiche d'information le 05/05/2015

1 - IDENTITÉ

Substance active : cuivre de la bouillie bordelaise

Source de l'information : Règlement n° 1107/2009

Activité biologique principale : fongicide

Famille chimique : cuivre

Dénominations

PRO : bouillie bordelaise
ISO : Bordeaux mixture
CAS : 8011-63-0
CIP : 44.604

Noms chimiques

IUPAC : mixture, with or without stabilising agents, of calcium hydroxide and copper sulfate

CA : open

Pureté minimale : 245 g/kg

Impuretés réglementées : aucune

Formule plane :

2 - PROPRIÉTÉS PHYSIQUES ET CHIMIQUES

Haut de page

2.1 ETAT PHYSIQUE

  • solide poudre fine, vert clair, inodore

2.2 PRESSION DE VAPEUR (TENSION DE VAPEUR)

  • NON APPLICABLE

2.3 CONSTANTE DE HENRY

  • NON APPLICABLE

2.4 SOLUBILITÉS DANS L'EAU

  • >124 g/L à 20 °C et au pH de 2.9 - EXPRIME EN SEL
    (Source de l'information : union européenne)
  • 2.2 mg/L à 20 °C et au pH de 6.8 - EXPRIME EN SEL
    (Source de l'information : union européenne)
  • <1.1 mg/L à 20 °C et au pH de 9.8 - EXPRIME EN SEL
    (Source de l'information : union européenne)
  • >33.1 g/L à 20 °C et au pH de 2.9 - EXPRIME EN CUIVRE
    (Source de l'information : union européenne)
  • 0.587 mg/L à 20 °C et au pH de 6.8 - EXPRIME EN CUIVRE
    (Source de l'information : union européenne)
  • <0.294 mg/L à 20 °C et au pH de 9.8 - EXPRIME EN CUIVRE
    (Source de l'information : union européenne)

2.5 SOLUBILITÉS DANS LES SOLVANTS ORGANIQUES

  • acetate ethyl : <8.4 mg/L à 20 °C - EXPRIME EN CUIVRE
    (Source de l'information : union européenne)
  • acetone : <8.8 mg/L à 20 °C - EXPRIME EN CUIVRE
    (Source de l'information : union européenne)
  • dichloromethane : <9.8 mg/L à 20 °C - EXPRIME EN CUIVRE
    (Source de l'information : union européenne)
  • hexane : <9.8 mg/L à 20 °C - EXPRIME EN CUIVRE
    (Source de l'information : union européenne)
  • methanol : <9 mg/L à 20 °C - EXPRIME EN CUIVRE
    (Source de l'information : union européenne)
  • octanol : <9.6 mg/L à 20 °C - EXPRIME EN CUIVRE
    (Source de l'information : union européenne)
  • toluene : <9.6 mg/L à 20 °C - EXPRIME EN CUIVRE
    (Source de l'information : union européenne)

2.6 COEFFICIENT DE PARTAGE OCTANOL/EAU

2.7 VITESSE D'HYDROLYSE (STABILITE)

2.8 VITESSE DE PHOTOLYSE DANS L'EAU

2.9 DISSOCIATION DANS l'EAU

3 - TOXICITÉ

Haut de page

3.1 ABSORPTION, DISTRIBUTION, ÉLIMINATION ET MÉTABOLISME

  • Absorption orale, homme
    36 %. Chez l'Homme :
    36% pour un apport normal en cuivre dans le régime alimentaire,
    56% pour un apport faible,
    12% pour un apport important,
    le cuivre est un oligoélement sous contrôle homéostasique.
    Chez le rat : absorption orale similaire (50%)
    (Source de l'information : union européenne)
  • Accumulation, homme
    pas d'accumulation dans l'organisme sauf en cas d'administration chronique à dose forte (>60 mg/personne/j) ou en cas de maladie génétique. Dans ces cas, accumulation du cuivre dans le foie.
    (Source de l'information : union européenne)
  • Distribution, rat
    Largement distribué. Passage directement de l'intestin vers le foie, organe principal de régulation.
    Le foie contrôle la distribution du cuivre dans le corps entier, via le flux sanguin et sous forme liée à la céruloplasmine.
    (Source de l'information : union européenne)
  • Elimination, rat
    >90% %. Rapidement excrété (>90% en 48 heures) via la bile. Pas de circulation entéro-hépatique. Pour la plupart des espèces, excrétion biliaire.
    Une quantité significative de cuivre est excrétée sous forme liée aux métallothionéines contenues dans les cellules intestinales via les fèces.
    Une quantité plus faible de cuivre est excrétée via l 'urine, la peau et les poils.
    (Source de l'information : union européenne)
  • Métabolisme, rat
    non métabolisé.
    Une étude réalisée en 2003 (administration de sulfate de cuivre et des formes chimiques soutenues dans le dossier UE) à des rats avec canule biliaire à la dose de 20 mg de cuivre/kg) a montré la bioéquivalence entre les différentes formes de cuivre . Les études réalisées avec l'un des sels de cuivre peuvent donc être considérées comme représentatives des autres formes de cuivre.
    (Source de l'information : union européenne)

3.2 ABSORPTION CUTANEE

  • Diverses études disponibles
    Absorption dermale : 10 %
    préparations représentatives (valeurs par défaut)
    (Source de l'information : union européenne)
  • Diverses études disponibles
    Absorption dermale : 10 %
    préparations représentatives (valeurs par défaut)
    (Source de l'information : union européenne)

3.3 TOXICITÉ AIGUË PAR VOIE ORALE

  • DL50 rat : >2000 mg/kg
    (Source de l'information : union européenne)

3.4 TOXICITÉ AIGUË PAR VOIE DERMALE

  • DL50 rat : >2000 mg/kg
    (Source de l'information : union européenne)

3.5 TOXICITÉ AIGUË PAR INHALATION

  • , rat
    CL50 : 1,97 mg/l d'air
    Exposition corps entier, 4h
    (Source de l'information : union européenne)

3.6 IRRITATION CUTANÉE

  • Test d'irritation cutanée, lapin : non irritant
    (Source de l'information : union européenne)

3.7 IRRITATION OCULAIRE

  • Test d'irritation oculaire, lapin : severement irritant
    (Source de l'information : union européenne)

3.8 SENSIBILISATION CUTANÉE

  • Sensibilisation retardée par voie cutanée (M&K), cobaye : non sensibilisant
    (Source de l'information : union européenne)

3.9 GÉNOTOXICITÉ

  • Résultats équivoques (étude(s) in vitro), pas de potentiel génotoxique (étude(s) in vivo)
    ttests in vitro : résultats équivoques. L'administration de cuivre libre hautement réactif dans les cellules induit une perturbation du fonctionnement cellulaire.
    Tests in vivo après administration orale : résultats négatifs. Le cuivre administré par voie orale n'est jamais sous forme libre.
    Test in vivo après administration autre que par voie orale : résultats positifs (test d'aberrations chromosomiques de la moelle osseuse, test des micronoyaux, test d'anomalie du sperme)
    Avis des experts : Potentiel génotoxique ne doit pas être exclu pour une administration autre que par voie orale. Préoccupation particulière pour une exposition par inhalation.
    Pas de risque de génotoxicité chez l'homme après uen administration par voie orale
    (Source de l'information : union européenne)

3.10 TOXICITÉ RÉPÉTÉE ET CANCÉROGÉNÈSE

  • Etude , rat
    NOAEL = 23 mg/kg p.c./j     
    NOAEL = 1000 ppm 
    voie orale, 15 jours,
    avec du sulfate de cuivre
    NOEL exprimée en cuivre

    (Source de l'information : union européenne)
  • Toxicité par voie orale, 90 jours , rat
    NOAEL = 16 mg/kg p.c./j     
    avec du sulfate de cuivre, NOEL exprimée en cuivre.
    (Source de l'information : union européenne)
  • Toxicité par voie orale et étude de la cancérogenèse, 2 ans , rat
    NOAEL = 27 mg/kg p.c./j     
    avec du potassium sodium copper chlorophyllin, NOEL exprimée en cuivre.
    (Source de l'information : union européenne)
  • Toxicité par voie orale, 1 an , chien
    NOAEL = 15 mg/kg p.c./j     
    avec du gluconate de cuivre, NOEL exprimée en cuivre
    Le chien est plus sensible : faible expression de la protéine qui excrète le cuivre du foie.

    (Source de l'information : union européenne)
  • Toxicité par voie dermale, 28 jours , lapin
    NOAEL = 500 mg/kg p.c./j     
    avec de l'hydroxyde de cuivre,
    NOEL exprimée en cuivre

    (Source de l'information : union européenne)
  • Toxicité par voie dermale, 21 jours , lapin
    NOAEL = 1000 mg/kg p.c./j     
    NOAEL exprimée en cuivre de l'hydroxyde de cuivre, équivalente à 500 mg Cuivre/kg p.c/j
    (Source de l'information : union européenne)
  • Etude , souris
    NOAEL = 45 - 53 mg/kg p.c./j     
    NOAEL = 1000 ppm 
    voie orale, 15 jours,
    avec du sulfate de cuivre dans la nourriture, NOEL exprimée en cuivre.
    (Source de l'information : union européenne)
  • Toxicité par voie orale, 90 jours , souris
    NOAEL = 97 mg/kg p.c./j     
    avec du sulfate de cuivre, NOEL exprimée en cuivre.
    (Source de l'information : union européenne)
  • Etude , souris
    voie orale, 15 jours,
    avec du sulfate de cuivre dans l"eau de boisson, NOEL exprimée en cuivre.
    (Source de l'information : union européenne)

Toxicité à court terme : cible(s) et effet(s)

  • Organe(s) cible(s) : foie
    Effet(s) : Inflammation du foie et récupération avec 9 et 15 semaines d'administration.
    Espèce(s) : rat
  • Organe(s) cible(s) : Reins
    Effet(s) : Modifications histopathologiques : gouttelettes de protéines dans les cellules épithéliales des tubules contournés proximaux
    Espèce(s) : rat
  • Organe(s) cible(s) : sang
    Effet(s) : Modifications hématologiques (augmentation de l'hématocrite (HCT), de l'hémoglobine (HGB), du nombre de plaquettes et du nombre d'érythrocytes (RBC)).
    Espèce(s) : rat
  • Organe(s) cible(s) : estomac
    Effet(s) : hyperplasie et hyperkératose de la muqueuse stomacale dans la région intermédiaire entre l'estomac antérieur et l'estomac glandulaire chez les rats, lésions moins sévères chez les souris.
    Espèce(s) : rat, souris
  • Organe(s) cible(s) : sang
    Effet(s) : Modifications hématologiques (augmentation de l'hématocrite (HCT), de l'hémoglobine (HGB), du nombre de plaquettes et du nombre d'érythrocytes (RBC)).
    Espèce(s) : rat

Toxicité à long terme : cibles(s) et effet(s)

  • Organe(s) cible(s) : foie
    Effet(s) : Cellules parenchymateuses péri-portales hypertrophiées et hyperchromatiques, nécrose et réaction inflammatoire marquée.
    Espèce(s) : rat
  • Organe(s) cible(s) : Reins
    Effet(s) : Toxicité des reins (modifications des tubules contournés proximaux)
    Espèce(s) : rat
  • Organe(s) cible(s) : Bile
    Effet(s) : Hyperplasie du canal biliaire
    Espèce(s) : rat
  • Organe(s) cible(s) : Bile
    Effet(s) : Hyperplasie du canal biliaire
    Espèce(s) : rat

Cancérogenèse

  • Pas de potentiel cancérogène
    hez les patients atteints de la maladie de Wilson ou de Menkes, malgré de fortes teneurs chroniques en cuivre, aucune augmentation du nombre des tumeurs n' est observée. Pas de preuve du potentiel cancérogène chez l'homme après une ingestion par voie orale.
    (Source de l'information : union européenne)

3.11 TOXICITÉ SUR LA REPRODUCTION ET LE DÉVELOPPEMENT

  • Reproduction sur deux générations par voie orale, rat
    DSE mère = 15,2 mg/kg/j
    DSE descendance = 15,2 mg/kg/j
    DSE développement = 23 mg/kg/j
    (Source de l'information : union européenne)
  • Tératogenèse par voie orale, rat
    DSE mère = 30 mg/kg/j
    DSE fœtus = 30 mg/kg/j
    NOAEL exprimé en cuivre, administration de gluconate de cuivre
    (Source de l'information : union européenne)
  • Tératogenèse par voie orale, lapin
    DSE mere = 6 mg/kg/j
    DSE foetus = 6 mg/kg/j
    avec de l'hydroxyde de cuivre, NOEL exprimée en cuivre
    sensibilité particulière du lapin accentuée par un comportement coprophage.

    (Source de l'information : union européenne)
  • Tératogenèse par voie orale, souris
    DSE mère = 285 mg/kg/j
    DSE foetus = 285 mg/kg/j
    avec du sulfate de cuivre,
    NOEL exprimée en cuivre.
    (Source de l'information : union européenne)

Toxicité sur la reproduction : effet(s)

  • Organe(s) cible(s) : Rate
    Effet(s) : Réduction du poids de la rate chez la mère et la descendance.
    Espèce(s) : rat

Toxicité sur le développement : cible(s) et effet(s)

  • Effet(s) : Pas d'effet chez l'homme jusqu'à 0.5 mg/kg/j (homéostasie maintenue). Effets néfastes sur le foetus pour des formes de cuivre non efficacement liées à l'albumine ou injecté par voie péritonéale.
    Espèce(s) : homme
  • Effet(s) : Foetotoxicité à des doses materno-toxiques (diminution du poids des petits et de la mère et augmentation de l'incidence des variations squelettiques communes)
    Espèce(s) : lapin, souris

3.12 NEUROTOXICITÉ

Neurotoxicité : cible(s) et effet(s)

  • Organe(s) cible(s) : cerveau
    Effet(s) : chez l'homme atteint de la maladie de Wilson (déficience en gêne codant la protéine transporteuse du cuivre), le cuivre s'accumule dans le foie et le cerveau et au dernier stade de la maladi, des signes de neurotoxicité sont reportés.
    Espèce(s) : homme

3.13 AUTRES ÉTUDES

  • Etude de l'exposition par inhalation chez le cobaye :
    L'exposition corsp-entier des cobayes au cuivre de la bouillie bordelaise pendant 70 jours et 6 mois, montre des lésions hépatiques et des lésions pulmonaires similaires à celles rapportées chez l'Homme atteint de la maladie du poumon du vigneron Vineyard Sprayer's Lung
    (Source de l'information : union européenne)
  • Etudes long terme, données expérimentales chez l'homme :
    Les données disponibles sur l'homme montrent que des doses répétées à long terme supérieures à 30 mg/personne /j sont toxiques. Des doses comprises entre 10 et 30 mg/personne/j sont sans effet toxique et n'ont pas de conséquence sur le mécanisme d'homéostasie.
    (Source de l'information : union européenne)
  • Etude chez la souris, inhibition de la réponse immunitaire :
    Une étude chez la souris montre que le cuivre peut causer une inhibition de la réponse immunitaire probablement via un mécanisme indirect impliquant la déficience en zinc causée par l'excès de cuivre.
    (Source de l'information : union européenne)
  • Injection directe de sulfate de cuivre dans les testicules (rat, souris) :
    L'injection directe de sulfate de cuivre dans les testicules de rat et souris cause une dégénération histologique de l'épithélium des tubes séminifères et de l'interstitium testiculaire, une destruction des spermatozoides alors qu'une injection sous-cutanée n'entraine aucun effet néfaste. L'étude démontre que même après une administration sous-cutanée, les mécanismes naturels de liaison et d'homéostasie empêchent la manifestation des effets néfaste du cuivre
    (Source de l'information : union européenne)

3.14 DOSE JOURNALIÈRE ACCEPTABLE (DJA)

  • DJA = 0.15 mg/kg/j    NOAEL = 15 mg/kg p.c./j   (1 an, voie orale, chien exprimé en cuivre)
    (Décision de l'Union Européenne )

    0.

3.15 DOSE DE RÉFÉRENCE AIGUË (DRfA ou ARfD)

  • ARFD : non pertinent
    (Décision de l'Union Européenne )

3.16 NIVEAU D'EXPOSITION ACCEPTABLE POUR L'OPERATEUR (AOEL)

  • AOEL = 0.072 mg/kg/j    NOAEL = 0.2 mg/kg p.c./j
    (Décision de l'Union Européenne )

    absorption orale : 36% sur les données humaines, 50% pour les données animales<BR>Facteur de sécurité de 1 pour les données humaines, 100 pour les données animales<BR>la valeur est exprimée en cuivre<BR>

4 - COMPORTEMENT DANS L'ENVIRONNEMENT

Haut de page

4.1 COMPORTEMENT DANS LE SOL

4.1.1 VOIES DE DEGRADATION

  • % minéralisation :
    % résidus non extractibles :
    Etude : en laboratoire aérobie
    (Source de l'information : union européenne)
    Not applicable to inorganic salts.
  • % minéralisation :
    % résidus non extractibles :
    Etude : en laboratoire anaérobie
    (Source de l'information : union européenne)
    Not applicable to inorganic salts.

Métabolites :

  • Not applicable to inorganic salts.
    Etude : en laboratoire aérobie

    (Source de l'information : union européenne)
    No degradation is expected. Transformation of the free soluble ion in different complexed species is expected according available published literature. However, no quantitative estimation of the rate of these processes is available.
  • No degradation is expected. Transformation of the free soluble ion in different complexed species is expected according available published literature. However, no quantitative estimation of the rate of these processes is available.
    Etude : en laboratoire anaérobie

    (Source de l'information : union européenne)
    No degradation is expected. Transformation of the free soluble ion in different complexed species is expected according available published literature. However, no quantitative estimation of the rate of these processes is available.

4.1.2 VITESSE DE DEGRADATION

4.1.2.1 VITESSE DE DEGRADATION : EN LABORATOIRE, CONDITIONS AEROBIES

4.1.2.2 VITESSE DE DEGRADATION : EN LABORATOIRE, CONDITIONS ANAEROBIES

4.1.2.3 VITESSE DE DEGRADATION : AU CHAMP

4.1.2.3 VITESSE DE DEGRADATION

4.1.2.4 PHOTODEGRADATION : EN LABORATOIRE, CONDITIONS AEROBIES

4.1.2.5 PHOTODEGRADATION : EN LABORATOIRE, CONDITIONS ANAEROBIES

4.1.2.5 PHOTODEGRADATION

4.1.3 MOBILITE DANS LE SOL : ADSORPTION

  • Substance active
    Koc
    Sol :
    (Source de l'information : union européenne)
    No valid study

4.1.4 MOBILITE DANS LE SOL

4.1.4.1 MOBILITE DANS LE SOL : AUTRES ETUDES AU LABORATOIRE

  • colonne résidus viellis
    Substance active
    Sol :

    Résultats dans le percolat :
    - % Radioactivité :
    - Composés principaux :

    (Source de l'information : union européenne)
  • colonne sol
    Substance active
    Sol : 1 -
    Elution : 300 mm à 2 jours

    Résultats dans le percolat :
    - % Radioactivité : 1
    - Composés principaux :

    (Source de l'information : union européenne)

4.1.4.2 MOBILITE DANS LE SOL : AUTRES ETUDES AU CHAMP

  • lysimetres
    Substance active
    Sol :
    Lieu :

    Pluviométrie :
    Culture :

    Dose :
    Applications : dates :
    Résultats dans le lixiviat :
    - Concentration en substance : (moyenne annuelle)
    - Composés principaux :

    (Source de l'information : union européenne)

4.2 COMPORTEMENT DANS L'EAU

4.2.1 PRODUITS D'HYDROLYSE

4.2.2 VITESSE D'HYDROLYSE

4.2.3 PRODUITS DE PHOTOLYSE DANS L'EAU

4.2.4 VITESSE DE PHOTOLYSE DANS L'EAU

4.2.5 BIODEGRADATION FACILE

  • Non facilement biodégradable
    (Source de l'information : union européenne)

4.2.6 VOIES DE DEGRADATION DANS LE SYSTEME EAU-SEDIMENT

  • % minéralisation :                
    % résidus non extractibles :
    % max substance active dans la phase sédiment : 50 à 375 jours
    Etude : en laboratoire aérobie
    (Source de l'information : union européenne)

4.2.7 VITESSE DE DISSIPATION DANS LE SYSTEME EAU-SEDIMENT

4.2.7.1 VITESSE DE DISSIPATION - CONDITIONS AEROBIES, OBSCURITE

4.2.7.2 VITESSE DE DISSIPATION - CONDITIONS AEROBIES, LUMIERE

  • Substance active

    > Phase EAU :
    DT50 (exprimé en jours) : 30.5

    > Phase SEDIMENT :
    DT50 (exprimé en jours) : > 400

    > Ensemble du SYSTEME :
    DT50 (exprimé en jours) : > 400

    Temp : 5-25 °C
    Eau pH : 7-10
    First order
    (Source de l'information : union européenne)
    Microcosm

4.2.7.3 VITESSE DE DISSIPATION - CONDITIONS ANAEROBIES, OBSCURITE

4.2.7.4 VITESSE DE DISSIPATION - CONDITIONS ANAEROBIES, LUMIERE

4.2.7.5 VITESSE DE DISSIPATION

4.3 COMPORTEMENT DANS L'AIR

4.3.1 PRESSION DE VAPEUR

  • NON APPLICABLE

4.3.2 CONSTANTE DE HENRY

  • NON APPLICABLE

4.3.3 VITESSE DE DEGRADATION DANS L'AIR



5 - ÉCOTOXICITÉ

Haut de page

5.1 EFFETS SUR LES OISEAUX ET SUR LES AUTRES VERTÉBRÉS TERRESTRES

5.1.1 TOXICITÉ ORALE AIGUË CHEZ LES OISEAUX

  • Colinus virginianus - DL50 : >616 mg Cu/kg p.c. - Durée d'exposition : 21 jours
    (Source de l'information : union européenne)
  • préparation : formulation WP à base de bouillie Bordelaise
    Colinus virginianus - DL50 : >439.9 mg Cu/kg p.c. - Durée d'exposition : 21 days
    (Source de l'information : union européenne)

5.1.2 TOXICITÉ ALIMENTAIRE CHEZ LES OISEAUX

  • Colinus virginianus - DL50 : >1369 mg Cu/kg alimen - Durée d'exposition : 5 days
    (Source de l'information : union européenne)

5.1.3 TOXICITÉ SUR LA REPRODUCTION CHEZ LES OISEAUX

5.1.4 TOXICITÉ ORALE AIGUË CHEZ LES AUTRES VERTÉBRÉS TERRESTRES

Valeurs sélectionnées pour une évaluation des risques en écotoxicologie, ne se substituent pas aux valeurs validées en toxicologie
  • rat - DL50 : 642 mg SA/kg p.c.
    (Source de l'information : union européenne)
  • rat - DL50 : 607 mg SA/kg p.c.
    (Source de l'information : union européenne)
  • préparation : formulation WP à base de bouillie Bordelaise
    rat - DL50 : >410 mg SA/kg p.c.
    (Source de l'information : union européenne)

5.1.5 TOXICITÉ CHRONIQUE CHEZ LES AUTRES VERTÉBRÉS TERRESTRES

5.2 EFFETS SUR LES ORGANISMES AQUATIQUES

5.2.1 TOXICITÉ AIGUË CHEZ LES POISSONS

  • Brachydanio rerio - CL50 (CN) : 22.5 mg Cu/L - Durée d'exposition : 48 hours - Exposition statique
    (Source de l'information : union européenne)
  • Oncorhynchus mykiss (ex Salmo gairdneri) - CL50 (CMM) : 0.086 mg Cu/L - Durée d'exposition : heures - Exposition semi-statique
    (Source de l'information : union européenne)
  • Oncorhynchus mykiss (ex Salmo gairdneri) - CL50 (CM) : >21.39 mg Cu/L - Durée d'exposition : 96 hours - Exposition semi-statique
    (Source de l'information : union européenne)
  • préparation : formulation WP à base de bouillie Bordelaise
    Oncorhynchus mykiss (ex Salmo gairdneri) - CL50 (CMM) : 0.052 mg Cu/L - Durée d'exposition : 96 hours - Exposition semi-statique
    (Source de l'information : union européenne)

5.2.2 TOXICITÉ CHRONIQUE CHEZ LES POISSONS

5.2.3 BIOCONCENTRATION CHEZ LES POISSONS

5.2.4 TOXICITÉ AIGUË CHEZ LES INVERTÉBRÉS AQUATIQUES VIVANT DANS L'EAU OU LE SÉDIMENT

  • Daphnia magna - CE50 (CMM) : 1.87 mg Cu/L - Durée d'exposition : 48 hours
    (Source de l'information : union européenne)

5.2.5 TOXICITÉ CHRONIQUE CHEZ LES INVERTÉBRÉS AQUATIQUES VIVANT DANS L'EAU OU LE SÉDIMENT

  • préparation : formulation WP à base de bouillie Bordelaise
    Chironomus riparius - CSEO (CN) : 0.52 mg/L - Durée d'exposition : 28 days
    (Source de l'information : union européenne)
  • préparation : formulation WP à base de bouillie Bordelaise
    Daphnia magna - CSEO (CMM) : 0.0378 mg/L - Durée d'exposition : 21 days - Exposition semi-statique
    (Source de l'information : union européenne)

5.2.6 EFFETS SUR LA CROISSANCE DES ALGUES ET SUR LES PLANTES AQUATIQUES

  • Pseudokirchneriella subcapitata (ex. Selenastrum capricornutum) - CEb50 (CMM) : 0.011 mg Cu/L - Durée d'exposition : 72 hours
    (Source de l'information : union européenne)
  • Pseudokirchneriella subcapitata (ex. Selenastrum capricornutum) - CEr50 (CM) : 0.041 mg Cu/L - Durée d'exposition : 72 hours
    (Source de l'information : union européenne)
  • préparation : formulation WP à base de bouillie Bordelaise
    Pseudokirchneriella subcapitata (ex. Selenastrum capricornutum) - CEb50 (CM) : 1.73 mg Cu/L - Durée d'exposition : 72 hours
    (Source de l'information : union européenne)
  • préparation : formulation WP à base de bouillie Bordelaise
    Pseudokirchneriella subcapitata (ex. Selenastrum capricornutum) - CEb50 (CN) : 3.77 mg Cu/L - Durée d'exposition : 72 heures
    (Source de l'information : union européenne)
  • préparation : formulation WP à base de bouillie Bordelaise
    Pseudokirchneriella subcapitata (ex. Selenastrum capricornutum) - CEr50 (CM) : 13.06 mg Cu/L - Durée d'exposition : 72 hours
    (Source de l'information : union européenne)

5.2.7 AUTRES ÉTUDES AQUATIQUES - EFFETS SUR MICRO ET MÉSOCOSMES

5.2.8 CONCENTRATION SANS EFFET PREVISIBLE POUR LES ORGANISMES AQUATIQUES (PNEC)

  • PNEC = 4 µg/L basée sur :

    matériel de test : cuivre de la bouillie bordelaise
    étude : microcosme
    NOAEC = 0.012 mg/L    FS = 3
    PNEC exprimée en Cu total ajouté
    décision de AF le 00/00/00

5.3 EFFETS SUR LES ABEILLES

5.3.1 TOXICITÉ AIGUË

  • préparation : formulation WP à base de bouillie Bordelaise
    Apis mellifera - DL50 Contact : >25.2 µg/abeille    - DL50 Orale : 23.3 µg/abeille - Durée d'exposition : 48 heures
    (Source de l'information : union européenne)
    pureté: 19.55% cuivre.

5.4 EFFETS SUR LES ARTHROPODES TERRESTRES AUTRES QUE LES ABEILLES

  • Aphidius rhopalosiphi - LR50 : >14.7 kg SA/ha
    (Source de l'information : union européenne)
  • Typhlodromus pyri - LR50 : >13.2 kg SA/ha
    (Source de l'information : union européenne)

5.5 EFFETS SUR LES VERS DE TERRE ET AUTRES MACRO-ORGANISMES NON CIBLES DU SOL supposés être exposés à un risque

5.5.1 TOXICITÉ AIGUË

  • préparation : formulation WP à base de bouillie Bordelaise
    Eisenia foetida (foetida ou andrei) - CL50 : >195.5 mg SA/kg ps sol - Durée d'exposition : 14 days
    (Source de l'information : union européenne)

5.5.2 EFFETS SUR LA REPRODUCTION

5.6 EFFETS SUR MICRO-ORGANISMES NON CIBLES DU SOL

  • Concentration ou dose : 20 kg/ha
    Effets observés : No effect on nitrogen mineralisation
    (Source de l'information : union européenne)
  • préparation : formulation WP à base de bouillie Bordelaise
    Concentration ou dose : 20 kg/ha
    Effets observés : No effect on carbon mineralisation
    (Source de l'information : union européenne)

5.7 EFFETS SUR D'AUTRES ORGANISMES NON CIBLES (FLORE ET FAUNE) supposés être exposés à un risque


  • Literatture review: PNEC value of 94 mg/kg
    (Source de l'information : union européenne)

5.8 EFFETS SUR LES MÉTHODES BIOLOGIQUES DE TRAITEMENT DES EAUX USÉES

  • Boue activée - Critère : inhibition de la respiration - CE50 : 337 mg Cu/L
    (Source de l'information : union européenne)

6 - VALEURS REGLEMENTAIRES

Haut de page

CLASSEMENT TOXICOLOGIQUE - Directive substances dangereuses (67/548/CEE)

Commission d'étude de la toxicité le 15/06/05

Xn N R20 R41 R50/53

Nocif (Xn)
Dangereux pour l'environnement
R20 nocif par inhalation
R41 risque de lésions oculaires graves
R50/53 très toxique pour les organismes aquatiques, peut entrainer des effets néfastes à long terme pour l'environnement aquatique




CLASSEMENT TOXICOLOGIQUE - CLP (CE 1272/2008)

Règlement (CE) N°1272/2008 (ATP9)

Pictogramme(s) de danger :
SGH05 SGH07 SGH09

Mention d'avertissement : Danger

Toxicité aiguë (par inhalation), catégorie 4
H332 Nocif par inhalation

Lésions oculaires graves, catégorie 1
H318 Provoque des lésions oculaires graves

Dangers pour le milieu aquatique - Danger aigu, catégorie 1, Facteur M aigu : 10
H400 Très toxique pour les organismes aquatiques

Dangers pour le milieu aquatique - Danger chronique, catégorie 1, Facteur M chronique : 10
H410 Très toxique pour les organismes aquatiques, entraine des effets néfastes à long terme




Haut de page